Lait : des prix justes pour un revenu décent

communiqué de la Confédération Paysanne, 14 juin 2017

L’exceptionnel devient une habitude : en plus de devoir abattre un travail toujours croissant sur leurs fermes, les paysans doivent également manifester contre leurs coopératives pour obtenir des prix décents. En ce sens, la Confédération paysanne soutient les éleveuses et les éleveurs de l’Ouest en lutte pour une réévaluation du prix du lait. Cette lutte concerne tous les éleveurs européens, qu’ils soient coopérateurs ou collectés par des privés. Lire la suite

Paysans-travailleurs : Justice pour Jérôme

En écho tragique aux débats du dernier congrès de la Conf’, fin avril
Tout est dans ce communiqué, même la colère contenue. . .

Respect et dignité, Jérôme.
Condoléances à la famille

Solidarité avec nos ami.e.s et camarades de la Conf’ (plus que jamais « paysans-travailleurs » !)
Alternatives et Autogestion est à vos côtés.

communiqué


Confédération Paysanne,
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet – Tél +33 1 43 62 04 04

MOBILISATION

Justice pour Jérôme

21.05.2017 A la suite d’un contrôle de l’administration, Jérôme Laronze, 37 ans, paysan, militant de la Confédération Paysanne de Saône-et-Loire, est décédé ce samedi, suite aux tirs des gendarmes venus l’interpeller.

Nous souhaitons avant toute chose exprimer toute notre solidarité avec la famille de Jérôme ainsi qu’aux militants de la Conf’ de Saône-et-Loire.

Nous sommes choqués, nous sommes en colère. Il faut que toute la lumière soit faite sur ce drame. Nous espérons qu’une enquête sérieuse et indépendante déterminera comment nous en somme arrivés à cette fin tragique.

Au-delà de cet acte et de ses circonstances propres, nous ne pouvons que nous insurger devant les méthodes employées face à la détresse économique et humaine. Nous mettons ici en question l’absence de prise en compte de la détresse des hommes, souvent seuls dans leur ferme, confrontés à l’humiliation d’un contrôle qui peut parfois faire agir les paysans au-delà de la raison.

Dans l’immédiat la Confédération paysanne demande un moratoire sur les contrôles, de plus il faut que le travail des paysans trouve une reconnaissance humaine et économique. Ce n’est qu’à ce moment que les normes et les contrôles retrouveront tout leur sens et serviront l’intérêt général.

Totale solidarité avec les habitants de la ZAD de Notre Dame des Landes

Hollande ! C’est le moment ! Copain s’opposera fermement à toute expulsion ! Prise de parole – Notre-Dame-des-Landes, Ferme du Liminbout, le 27 janvier 2016

 (infos sur http://zad.nadir.org/)

Nous, paysans et sympathisants de Copain 44 et d’ailleurs, sommes tous venus, aujourd’hui, avec nos tracteurs vigilants, pour manifester notre totale soutien et notre solidarité avec les occupants de la ZAD, historiques ou non. C’est aussi pour réaffirmer notre totale détermination et notre colère. 
Lire la suite

Analyse : le «mirage agricole» allemand, ou la trajectoire d’une ivresse industrielle

La lutte contre l’agro-industrie passe par la préservation de l’art de vivre à la française, au moment de passer à table.

En regardant l’assiette de nos voisins allemands à l’heure où on nous abreuve de «miracle économique», force est de constater que le contenu laisse à désirer. Préserver un héritage culturel, un art culinaire, c’est s’opposer à une nourriture standardisée, aseptisée et revendiquer un droit à une alimentation de qualité. L’abondance des saucisses industrielles au moment du déjeuner interpelle quant aux vertus du «mirage agricole» d’Outre-Rhin. Le modèle économique allemand des néo-libéraux est loin d’être aussi couronné de succès que ses propagandistes veulent nous le faire croire.

La crise de l’élevage européen et la sur-offre laitière allemande au sein du Lire la suite

Graves troubles à l’ordre public !

Christian Foilleret, faucheur volontaire d’OGM, attendait impatiemment le concert de soutien qui devait se tenir le 11 avril (*), sur une ferme de la commune de Saint-Maurice-sur-Dargoire (2250 habitants), dans le Rhône.

Un arrêté municipal en date du 9 avril interdit ce concert. Parmi les griefs : « L’organisateur tient sur ses affiches des propos et des images outrageants à l’égard des forces de l’ordre ».

affiche_concert_soutien-07f4e

 

 

ci-dessous le détail !
unknown title

 

 

 

 

Nous lui exprimons notre soutien !

(*)/source Bastamag /

Lors d’une manifestation le 20 février 2012 visant à demander l’interdiction du maïs Mon810 de Monsanto, Christian a été, selon son témoignage,« projeté au sol par les forces de l’ordre ». Résultat : une vertèbre fracturée et cinq mois d’arrêt de travail. Un premier dépôt de plainte à la gendarmerie est rejeté par le procureur. Plus de trois ans après les faits, un deuxième dépôt de plainte est toujours en cours d’instruction…

La fin des quotas laitiers : VACHE D’EUROPE !

La suppression définitive le 1er avril 2015 des quotas laitiers est cohérente avec la politique agricole néolibérale conduite en Europe. Les dogmes de l’autorégulation par les marchés et de la concurrence mondialisée vont, une fois de plus, produire des effets désastreux :

  • cuves de laitIntensification de flux d’échanges destructeurs pour l’environnement (importation des intrants, notamment pour l’alimentation du bétail en Europe, exportations massives de produits agricoles paralysant toute politique de souveraineté alimentaire au bénéfice des populations et des paysanneries des pays en développement)
  • mise des éleveurs sous la pression des fluctuations des cours du lait et sous la coupe de l’industrie laitière.

En effet, les groupes laitiers des grands pays producteurs, entres autre l’Allemagne ou le Danemark, ont essentiellement pour objectif d’exporter massivement dans les pays en développement où la demande de produits laitiers se développe . C’est également le cas des groupes laitiers dominants en France.

La destruction des régulations du marché, donc de la politique des quotas, vise à donner encore plus de pouvoir aux groupes agroalimentaires et accélérer la disparition des exploitations agricoles petites et moyennes. Elle conduit aussi au développement d’usines à lait (la ferme des 1000 vaches, et maintenant 2000!) . Elle conduit également à une importation renforcée de céréales et de soja. Ceci pour une production à bas coût, au détriment de la qualité, dans des conditions d’élevage sans aucun respect du bien être animal.

La crise d’autres filières d’élevage devrait pourtant alerter sur les impasses écologiques, sociales d’un tel modèle.

La résistance à ce modèle destructeur repose sur des nouvelles formes de solidarités entre producteurs et consommateurs permettant le développement de circuits courts, rémunérant correctement les paysans, et favorisant une production de qualité . Les collectivités territoriales doivent appuyer ces démarches solidaires, qui vont du développement des AMAP à la création de magasins ou marchés paysans, et le maintien d’une politique d’installation à l’échelle des bassins.

Plus globalement, aux côtés du syndicalisme paysan progressiste (*) doit se développer une mobilisation de toute la société pour réclamer le retour à la politique de maîtrise de la production, condition indispensable pour obtenir des prix réguliers et rémunérateurs, et favoriser la qualité des produits.