Interpellez le gouvernement d’Emmanuel Macron : « Votez contre la prolongation du Traité sur la charte de l’énergie ! »

Suite à la décision de l’Allemagne de se retirer du Traité sur la charte de l’énergie annoncée ce vendredi 11 novembre, c’est cette semaine que se joue une bonne part de l’avenir de ce traité nocif.

Continuer la lecture

la Grande Marche contre l’A69

Un projet anachronique : c’est ce que dit la Haute Autorité Environnemntale sur le projet de l’Autoroute A49, autoroute à péage qui relierait Castres à Toulouse.

On peut imaginer que ce projet n’était que le début d’un long tracé à travers des paysages et des villages peu réceptifs !

Pour se battre contre ce projet – très avancé puisque des pelleteuses sont sur place, une longue marche de quatre jours qui vont constater sur place l’impact inacceptable de ce projet.

Continuer la lecture

Alerte STOP CETA, Mercosur

mardi 4 octobre 2022, Collectif national unitaire STOP CETA Mercosur https://www.collectifstoptafta.org/

Questions au gouvernement :
Accords UE-Mercosur, UE-Mexique, UE-Nouvelle-Zélande, TCE, CETA, Montagne d’Or, relocalisation

Emmanuel Macron avait exigé et obtenu de la Commission européenne qu’il ne soit pas fait mention d’avancée publique sur les négociations, la signature ou la ratification d’accords de libéralisation du commerce et de l’investissement pendant la présidence française de l’UE (premier semestre 2022). Depuis, un accord de principe a été annoncé sur les négociations entre l’UE et la Nouvelle-Zélande, une relance de l’accord UE-Mercosur est relatée par la presse spécialisée et les négociations se poursuivent, encouragées par Ursula Von der Leyen lors de son discours sur l’état de l’Union, avec le Chili, le Mexique, l’Inde ou l’Australie. Dans le même temps, c’est silence radio à l’Elysée, Matignon ou Bercy.

Continuer la lecture

Pour l’ARRET DU NUCLEAIRE, journées d’études 2022

Journées d’études pour l’ARRET DU NUCLEAIRE des 8, 9 et 10 juillet 2022 au “Maquis” à Minerve(34) . Régis Moulard

Une référence : Nucléaire en-deçà des Alpes, horreur au-delà !
Gianni Carrozza, septembre 2022. 
Le saviez-vous ? l’Italie était le troisième producteur occidental d’électricité nucléaire dans les années 60. Elle a pourtant fermé ses centrales en fort peu de temps sous la pression du mouvement antinucléaire, et suite au refus des Italiens lors de deux référendums, en 1987 et en 2011. 
Document à télécharger sur piecesetmaindoeuvre 

L’objectif de ces Journées d’études pour l’ARRET DU NUCLEAIRE était de réfléchir ensemble aux actions communes, à élaborer collectivement pour arrêter le nucléaire.

Le Maquis, lieu autogéré, situé dans un cadre naturel suffisamment éloigné des nuisances de la « civilisation », a permis d’engager la réflexion sur l’arrêt du nucléaire civil et militaire malgré la proximité du site nucléaire de Malvési. Environ 80 personnes d’Arrêt du nucléaire, d’autres collectifs locaux et d’intervenants invités, ont participé aux discussions.

Continuer la lecture

Un nouveau coup de force israélien d’une extrême gravité contre les ONG palestiniennes

Communiqué de l’AFPS, jeudi 18 août 2022 https://www.france-palestine.org/Un-nouveau-coup-de-force-israelien-d-une-extreme-gravite-contre-les-ONG

Un nouveau coup de force israélien d’une extrême gravité contre les ONG palestiniennes

Ce matin, les forces d’occupation israéliennes ont envahi les bureaux de six des organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme parmi les plus importantes et les plus reconnues à l’échelle internationale : Addameer – association de soutien aux prisonniers et aux droits humains, Al Haq – le droit au service des Hommes, Bisan – centre de recherche et de développement, Defense for Children International – Palestine, l’Union des comités de travail agricole, l’Union des comités de femmes palestiniennes. Selon certaines informations, l’Union des comités de travail de santé aurait également été visée. Les portes des bureaux ont été enfoncées, le matériel confisqué et des ordres militaires ont été déposés déclarant la fermeture de force des ONG au nom de « la sécurité dans la région, et pour combattre une infrastructure du terrorisme ».

Continuer la lecture

Ouvrir une voie légale de migration entre la frontière italienne et Nice

Communiqué de presse de l’association Tous citoyens : 

« Ouvrir une voie légale de migration entre la frontière italienne et Nice »

(A&A 06 soutient ce communiqué et encourage chacun-e à l’appuyer en signant la pétition sur https://www.change.org/p/ouvrir-une-voie-l%C3%A9gale-de-migration-entre-la-fronti%C3%A8re-italienne-et-nice?recruiter=632357813&recruited_by_id=52fcecf0-a964-11e6-befe-2559e6e115b8&utm_source=share_petition&utm_campaign=share_petition&utm_term=share_petition&utm_medium=copylink&utm_content=cl_sharecopy_34031433_fr-FR%3A5)


Deux personnes ont été fauchées par une voiture en longeant l’autoroute près de Menton, à pied et en pleine nuit, dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 juillet 2022. L’une d’elle est décédée et l’autre hospitalisée dans un état grave. Ces deux personnes seraient des exilés cherchant refuge en France.

Ce drame s’ajoute à une très longue liste d’exilés morts en tentant de rejoindre la France depuis l’Italie : renversés par des voitures, électrocutés dans les armoires électriques ou sur les toits de trains, victimes de chutes en montagne, etc.

Quand ouvrira-t-on enfin des voies légales de migration ? Quand supprimera-t-on ce « no man’s land juridique » meurtrier entre la frontière italienne et Nice ?

En effet, un migrant passant par l’Italie pour rejoindre « le pays des droits de l’Homme » doit se cacher pour passer la frontière et doit se rendre invisible en parcourant les 32 km qui séparent la frontière de Nice. Une fois à Nice, il pourra tout à fait légalement demander l’asile et circuler sans être arrêté dans l’attente de son rendez-vous en Préfecture.

Ces nombreux décès surviennent dans ce vide juridique de 32 km où ils sont considérés comme clandestins. Ces décès sont donc le fait d’une décision politique qui créé de toutes pièces un « no man’s land » juridique, une zone d’irrégularité administrative.

Trois solutions simples permettraient aux exilés de déposer une demande d’asile en France sans risquer leur vie :

  • La première consiste à rouvrir cette frontière interne de l’Union Européenne entre l’Italie et la France.
  • La seconde consiste à enregistrer les demandes d’asile au poste frontière français à la frontière franco-italienne en y installant une Structure de Premier Accueil des Demandeurs d’Asile (SPADA).
  • La troisième consiste à délivrer au poste frontière français des laissez-passer permettant aux migrants de rejoindre la SPADA de leur choix pour y enregistrer leur demande d’asile dans un délai mentionné.

Quelle que soit la solution retenue, nous demandons à l’Etat et à son représentant, le préfet des Alpes-Maritimes, la création d’une voie légale de migration entre la frontière franco-italienne et Nice afin de sauver des vies et d’éviter ces nombreux drames.

Demander l’asile est un droit fondamental. La France doit respecter la convention de Genève, la charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Elle ne peut continuer à mettre volontairement en danger des personnes souhaitant exercer leur droit d’asile.


Association Tous citoyens, Nice, le 19.07.2022