Soutien des Collectifs de Sans Papiers

Aux Collectifs de Sans Papiers de France

Alternatives et Autogestion salue votre lutte et est solidaire de vos marches, venues de toute la France.

A&A reconnaît votre apport essentiel dans la vie quotidienne de notre société et les conditions difficiles de votre vie.

Votre demande de régularisation collective de tous et toutes les sans papiers est juste et légitime !

téléchager la lettre de soutien aux marches de Sans Papiers

Marche des solidarités

A l’occasion de la Journée Internationale contre les violences policières (15 mars) et de la Journée Internationale contre le racisme (21 mars)

Le 20 mars on manifeste pour :

  • La liberté de circulation et d’installation.

  • La régularisation des sans-papiers.
  • La protection automatique, dès leur arrivée, des jeunes étranger-ère-s isolé-e-s
  • La fermeture des centres de rétention.
  • L’égalité des droits pour touTes dans tous les domaines (travail, logement, santé, éducation…).
  • Le droit de vote des étrangerEs.
  • La fin des contrôles au faciès et des violences policières.
  • Vérité et Justice pour les familles de victimes. Abrogation de la loi sécurité globale.
  • L’abrogation de la loi séparatisme.
  • La fin des discours stigmatisants.

L’édito de PEPS : Vive la Commune !

L’ÉDITO DE PEPS : VIVE LA COMMUNE !

Le 18 mars 1871, il y a tout juste 150 ans, le Peuple de Paris se soulevait et mettait en place un pouvoir populaire, inconnu jusqu’à ce jour. Pour la première fois, les ouvriers, souvent des petits artisans, s’emparaient de la municipalité et organisaient la gestion politique, sociale et économique de la ville de Paris, en même temps que sa défense militaire face aux allemands et à la République bourgeoise de monsieur Thiers. Ce soulèvement ne dura que 71 jours. 30 000 communards furent massacrés, des milliers furent emprisonnés, des centaines s’exilèrent pendant de longues années. Mais si la Commune fut une défaite pour le mouvement ouvrier, elle fût un moment fondateur de l’histoire pour les classes populaires. Continuer la lecture

les 20 et 21 mars, pour des résistances antiracistes partout !

Communiqué commun : Pour un week-end antiraciste les 20 et 21 mars, pour une riposte et des résistances antiracistes partout !

Dans un contexte particulièrement hostile et alarmant, entre chasse aux étranger-es qui continue, loi islamophobe sur le « séparatisme », polémique sur « l’islamogauchisme » menée tambour battant par le gouvernement, nos organisations saluent les mobilisations qui se font jour pour construire les nécessaires ripostes et résistances antiracistes.

Aujourd’hui, les premières victimes du racisme d’État ce sont la jeunesse et les travailleurs et travailleuses sans-papiers, les populations des quartiers populaires notamment celles immigrées ou issues de l’immigration, les habitant·es des bidonvilles, les personnes de confession musulmane ou assignées comme telles… Le racisme, tous les racismes, sont des puissants facteurs de division des classes populaires.

Nous appelons à construire et à renforcer activement ces ripostes et résistances antiracistes, dans la société, dans nos quartiers, sur nos lieux de travail.

Nous appelons à prendre part à la manifestation du 20 mars contre le racisme et les violences policières appelée par les collectifs de familles de victimes, la Marche des solidarités et les collectifs de sans-papiers.

Nous appelons à la journée de mobilisation du 21 mars contre l’islamophobie impulsée par le Front contre l’islamophobie.

Nous appelons par ailleurs à prendre part à toutes les mobilisations de solidarité avec les jeunes étranger·es isolé·es menacé·es d’expulsion, à toutes les mobilisations dénonçant la construction de nouveaux Centre de rétentions administratives (à Orléans le 27 mars, à Lyon le 10 avril).

NPA, PEPS, UCL, le 18 mars 2021

Soutien aux intermittentEs du spectacle

LES INTERMITTENT.E.S DU SPECTACLE OCCUPENT DE

MULTIPLES THÉÂTRES ET LIEUX DE CULTURE, PLUS DE 57 À CE JOUR.

DES SALARIÉ.E.S, DES PROFESSIONNEL.LE.S ET FUTUR.E.S PROFESSIONNEL.LE.S DE CE SECTEUR OCCUPENT ET REVENDIQUENT CAR ILS ET ELLES N’EN PEUVENT PLUS D’ÊTRE RAYÉS DE LA CARTE. Continuer la lecture

FUKUSHIMA, 10 ans déjà, on n’oublie rien !

FUKUSHIMA, Plus jamais ça

Arrêt du nucléaire civil et militaire

Il y a 10 ans! le 11 mars 2011, Fukushima au Japon était victime d’une nouvelle catastrophe nucléaire, une de plus dans l’histoire mouvementée de cette industrie. Elle a entrainé la fusion des cœurs de 3 réacteurs ainsi que la surchauffe de la piscine de désactivation d’un quatrième.

11 mars 2018, le Japon se fige quelques minutes en souvenir !  la situation est toujours critique. Continuer la lecture

8 mars 2021 Grève féministe avec les femmes du monde entier

8 mars 2021   Le 8 mars, nous serons en grève avec les femmes du monde entier pour refuser tou.te.s ensemble de payer le prix de la crise pandémique avec notre travail, notre salaire, notre corps. En France, comme en Pologne, au Chili comme en Italie et en Espagne, en Argentine comme au Nigeria, nous serons toutes et tous dans la rue pour dénoncer et arrêter une société patriarcale et raciste qui nous exploite, nous soumet et nous tue.

Continuer la lecture

Les lundis de PEPS : solidarités en acte avec le groupe Alternatives et Autogestion, PEPS Mulhouse

Sur le site de PEPS/ le

Autogestionnaire, féministe, anticapitaliste et écologiste radical, le groupe Alternatives et Autogestion est l’une des composantes politiques à l’origine de la création de PEPS. Remarquable pour ses actions de solidarité concrète à travers la maison de la citoyenneté mondiale, le groupe de Mulhouse est l’invité du lundi de PEPS de ce 15 février 2021.

Continuer la lecture

Mort.e.s aux frontières de l’Europe

de MIGREUROP Observatoire des frontières (http://www.migreurop.org/article3027.html)

Le 6 février 2014, au moins 14 personnes ont trouvé la mort, à quelques dizaines de mètres de la plage du Tarajal, sous les tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène de la Guardia civil espagnole qui tentait de les empêcher de rejoindre l’enclave de Ceuta.

Le 9 février 2020, un bateau avec 91 personnes à bord, a fait naufrage au large de la Libye, malgré l’alerte lancée dans la nuit par WatchTheMed AlarmPhone, ignorée par les soi-disant garde-côtes libyens, et sans qu’aucun secours n’ait été porté à cette embarcation en détresse dont les passagers et passagères ont disparu en mer sans laisser traces.

 

À l’initiative d’AlarmPhone, nous commémorerons ces disparitions, ainsi que toutes celles dont nous n’avons pas connaissance, les 6 et 9 et 13 février prochains, pour ne pas oublier ces damné∙e∙s de la mer, et pour dénoncer une fois encore la responsabilité de l’Union européenne (UE), de ses États-membres et de ses partenaires dans cette politique délibérée aux conséquences macabres.

Selon l’organisation internationales des migrations (OIM), depuis 2014, plus de 20 000 personnes ont disparu ou perdu la vie sur les routes migratoires, dont la moitié en Méditerranée. Depuis les années 90, ce nombre s’élève à plus de 50 000 personnes.

Ces derniers mois, l’agence européenne de garde-côtes et de garde-frontières (Frontex) est accusée d’avoir eu connaissance ou de s’être rendue complice de refoulements illégaux de personnes exilées en mer Égée et en Hongrie.

 

Pour la première fois depuis sa création, des enquêtes officielles ont enfin été ouvertes après des années de dénonciation de la part des défenseurs∙ses des droits humains. Le comité des droits de l’Homme des Nations unies vient de confirmer pour sa part la responsabilité du gouvernement italien dans le naufrage du 11 octobre 2013, ayant causé la mort d’au moins 268 personnes, dont 60 enfants, pour avoir retardé les secours. Après une enquête menée par le journaliste italien Fabrizio Gatti, un procès contre les responsables des salles d’opérations de la marine militaire et des garde-côtes italiens s’est ouvert en 2019 en Italie.