Appel: Construisons tous ensemble l’écologie de rupture

Invitation à l’Assemblée de PEPS : Construisons tous ensemble l’écologie de rupture, les 11 et 12 décembre à Paris

PEPS s’est constitué il y a 2 ans maintenant, dans l’objectif de faire naître une force d’écologie sociale engagée dans les alternatives et les luttes sociales écologiques, le développement des communs, les ZAD, l’éducation populaire, les Marches climat et les Gilets jaunes, la construction de listes communalistes.
Pour nous, l’écologie politique n’est pas neutre, elle oppose celles et ceux qui luttent pour leur survie, les pauvres, les terrestres, contre les forces de destruction, les riches et les multinationales qui détruisent la planète. Notre écologie n’a rien à voir avec l’écologie capitaliste et social-libérale et combat résolument l’éco-fascisme. C’est une écologie de rupture.

Pour construire cette force, nous avons appelé toutes celles et ceux, organisé.es ou non en collectifs, les Gilets jaunes, les écologistes sociaux et libertaires, les éco-socialistes, les éco-syndicalistes, les éco-féministes, les objectrices et objecteurs de croissance, les autogestionnaires, les communalistes, les antiracistes à s’auto-organiser pour se fédérer. L’Assemblée constitutive de PEPS en novembre 2019 a constitué un premier pas. Elle a permis d’adopter une charte des valeurs et de définir notre mode d’organisation confédéral, ainsi que de fixer des axes stratégiques, sur la base desquels nous avons travaillé.

L’Assemblée que nous allons tenir les 11 et 12 décembre prochain nous permettra de faire l’état d’où nous en sommes dans la construction d’un mouvement d’écologie de rupture, à travers un bilan de ces deux années, et aussi de préciser les points importants de notre stratégie et de la rendre plus lisible, d’améliorer notre mode de fonctionnement, qui doit être inclusif à l’image du projet que nous portons, d’ouvrir une nouvelle étape dans la construction d’un mouvement d’écologie de rupture, à un moment où le peuple ne se reconnaît plus dans les partis politiques traditionnels et est en manque d’un projet alternatif, qui apporterait une perspective politique aux luttes.

Chacune et chacun d’entre nous doit être un acteur de sa préparation, en essayant de construire un Congrès « par le bas », dans la mesure du possible, c’est-à-dire à partir des structures qui composent notre confédération, à commencer par les groupes locaux, qui commencent à se constituer.


Inscriptions –  site PEPS

L’Assemblée se tiendra 29, avenue Ledru-Rollin, 75012 Paris, métros Gare de Lyon ou Quai de la Rapée, les 11 et 12 décembre 2021

Nous t’adresserons en retour de ton inscription, une liste indicative de « questions » qui apparaissent importantes à traiter à cette Assemblée qui a un caractère de Congrès.

La réunion du samedi est ouverte à toutes et tous, que vous soyez adhérents ou non adhérents.. Le dimanche est consacré aux questions internes et aux votes sur les différents textes ; seul.es les adhérent.es de PEPS peuvent voter.

Nous t’invitons à adhérer, si ce n’est déjà fait, si tu souhaites l’impliquer plus pleinement dans notre mouvement (https://framaforms.org/bulletin-dadhesion-1635175008 )

Les raisons de notre opposition au nucléaire civil et militaire!

 télécharger  A et A Savoie 73 03 10 2021

– Le nucléaire est dangereux pour le vivant

Dès ses premiers pas, le nucléaire inquiète la population autant qu’elle l’attire par ses effets spectaculaires par exemple avec les cosmétiques à base de radium ou les paratonnerres (radium et américium) ou encore de produits « vitalisants » qui devinrent alors très populaires. Pourtant les effets délétères de la radioactivité sur les organismes vivants furent rapidement identifiés par des biologistes, puis par des médecins, des physiciens et des chimistes dont la santé fut directement affectée par la manipulation de radioéléments. En 1926, le généticien Hermann Joseph Müller mit en évidence les effets génétiques de la radioactivité et démontra que les radiations ionisantes induisent des altérations du génome.
Continuer la lecture

Les lundis de PEPS : solidarités en acte avec le groupe Alternatives et Autogestion, PEPS Mulhouse

Sur le site de PEPS/ le

Autogestionnaire, féministe, anticapitaliste et écologiste radical, le groupe Alternatives et Autogestion est l’une des composantes politiques à l’origine de la création de PEPS. Remarquable pour ses actions de solidarité concrète à travers la maison de la citoyenneté mondiale, le groupe de Mulhouse est l’invité du lundi de PEPS de ce 15 février 2021.

Continuer la lecture

Mort.e.s aux frontières de l’Europe

de MIGREUROP Observatoire des frontières (http://www.migreurop.org/article3027.html)

Le 6 février 2014, au moins 14 personnes ont trouvé la mort, à quelques dizaines de mètres de la plage du Tarajal, sous les tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène de la Guardia civil espagnole qui tentait de les empêcher de rejoindre l’enclave de Ceuta.

Le 9 février 2020, un bateau avec 91 personnes à bord, a fait naufrage au large de la Libye, malgré l’alerte lancée dans la nuit par WatchTheMed AlarmPhone, ignorée par les soi-disant garde-côtes libyens, et sans qu’aucun secours n’ait été porté à cette embarcation en détresse dont les passagers et passagères ont disparu en mer sans laisser traces.

 

À l’initiative d’AlarmPhone, nous commémorerons ces disparitions, ainsi que toutes celles dont nous n’avons pas connaissance, les 6 et 9 et 13 février prochains, pour ne pas oublier ces damné∙e∙s de la mer, et pour dénoncer une fois encore la responsabilité de l’Union européenne (UE), de ses États-membres et de ses partenaires dans cette politique délibérée aux conséquences macabres.

Selon l’organisation internationales des migrations (OIM), depuis 2014, plus de 20 000 personnes ont disparu ou perdu la vie sur les routes migratoires, dont la moitié en Méditerranée. Depuis les années 90, ce nombre s’élève à plus de 50 000 personnes.

Ces derniers mois, l’agence européenne de garde-côtes et de garde-frontières (Frontex) est accusée d’avoir eu connaissance ou de s’être rendue complice de refoulements illégaux de personnes exilées en mer Égée et en Hongrie.

 

Pour la première fois depuis sa création, des enquêtes officielles ont enfin été ouvertes après des années de dénonciation de la part des défenseurs∙ses des droits humains. Le comité des droits de l’Homme des Nations unies vient de confirmer pour sa part la responsabilité du gouvernement italien dans le naufrage du 11 octobre 2013, ayant causé la mort d’au moins 268 personnes, dont 60 enfants, pour avoir retardé les secours. Après une enquête menée par le journaliste italien Fabrizio Gatti, un procès contre les responsables des salles d’opérations de la marine militaire et des garde-côtes italiens s’est ouvert en 2019 en Italie.

 

Les libertés publiques : un bien commun précieux et menacé.

Citation

Communiqué

Les libertés publiques : un bien commun précieux et menacé.

Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN) – Montreuil, 4 février 2021  (télécharger)

Profitant d’un contexte anxiogène propice aux restrictions des libertés, le gouvernement fait passer en force une avalanche de textes législatifs dangereux pour les libertés et la démocratie. Notre fonctionnement démocratique déjà fragilisé par le confinement ne doit pas être confisqué !

Continuer la lecture

Ramené·es à la frontière plutôt qu’à l’hôpital …

Communiqué de presse du Collectif Maraude du Briançonnais 19/01/2021

Samedi 16 janvier 2021, un peu avant 16 heures, l’hélicoptère du secours en montagne a déposé une famille exilée au poste de frontière de Montgenèvre au lieu de l’amener à l’hôpital. La manière dont s’est déroulé ce secours, à plus de 2000m d’altitude, d’un nourrisson de quelques jours, de son frère d’à peine un an et de leurs parents constitue une nouvelle escalade du gouvernement français dans le mépris des droits fondamentaux et la mise en danger des personnes exilées. Continuer la lecture

Communiqué : Le peuple kabyle a choisi le combat politique et pacifique.

A propos de la désobéissance civile

Chaque peuple se donne les moyens de sa lutte. Le peuple kabyle a choisi le combat politique et pacifique. Ce choix, essentiel, est irréversible.

Quant à la désobéissance civile, il faut dire tout de même que le peuple kabyle est en désobéissance civile permanente. Je rappelle que nous avons organisé des votes pour l’élection du drapeau kabyle dans les villages de Kabylie ; nous avons organisé des meetings, des rassemblements, des lever de drapeau kabyle, le tout au nez et à la barbe des services répressifs algériens. Nous avons mené des actions de rue sans jamais demander aucune autorisation. Nous avons même organisé un congrès sous état de siège. Nous avons obligé des ministres algériens à rebrousser chemin, et quand ils sont venus soi-disant se recueillir sur la mémoire du grand chanteur Taleb Rabah, ils ont été obligés de passer sous les drapeaux kabyles et amazighs que le MAK a fait flotter au-dessus de leur tête ,alors si tout cela ce n’est pas de la défiance, je me demande bien comment on pourrait définir ces actions.

La Kabylie est en danger. Il faut agir vite et intelligemment. La désobéissance ne consiste pas à engager la totalité du peuple kabyle dans des actes de défiance qui mettraient inutilement en difficulté la société kabyle qui croule déjà sous toutes sortes de difficultés.

Le devoir patriotique nous recommande d’être responsables et d’orienter l’esprit de désobéissance civile, vers la construction civile, la cimentation de notre nation, pour enfin aboutir à l’instauration d’un Etat kabyle de fait, en commençant par la réhabilitation et la modernisation de l’organisation socio-politique ancestrale afin de permettre à nos villages et à nos quartiers de recouvrer leur souveraineté. L’édification de l’Etat kabyle doit se faire à la base en mobilisant toute les énergies d’où notre proposition de la conférence citoyenne kabyle. (https://www.facebook.com/2084603045154755/posts/2666833726931681/).

Bouaziz Ait Chebib,
TEGDUDA TAQBAYLIT
porte-parole de l’URK (Union pour une République Kabyle)

 

Violences policières, violence d’Etat : soutien à Gilles Martinet

Communiqué de PEPS .
Violences policières, violence d’Etat
Soutien à notre camarade Gilles Martinet

 

Mardi 21 janvier 2020, alors qu’il manifestait pacifiquement contre un projet de loi visant le secteur de la recherche, notre camarade de PEPS et Gilet jaune enseignement recherche Gilles Martinet a été attaqué par les forces de l’ordre, qui, une fois de plus, ont fait preuve d’une violence intolérable face à des manifestants pacifiques. Continuer la lecture

avec les Gilets Jaunes

Communiqué de PEPS
Ce week end avec les Gilets Jaunes, Pour la justice sociale et écologique et une véritable démocratie 
En cette veille d’anniversaire du mouvement des Gilets jaunes, PEPS soutient et s’associe aux actions prévues pour une justice sociale, fiscale, écologique, et pour une véritable démocratie.

Dans la continuité de l’appel de la 4e assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes qui s’est réunie à Montpellier le premier week-end de novembre, PEPS réaffirme son soutien à ce grand mouvement populaire social écologique qui depuis le début, et malgré les mensonges d’Etat, défend le droit à l’existence et à la dignité pour tous à travers les exigences de:

  • Justice sociale : la précarité tue ! Tout le monde a le droit de vivre : SDF, handicapés, petits salaires, retraités, étudiants, quartiers populaires… Des revenus suffisants pour tous, défense des services publics, écoles, hôpitaux, pompiers…
  • Justice fiscale : suppression des nouvelles taxes injustes qui pèsent sur les classes populaires, comme la taxe carbone qui n’est même pas destinée à l’écologie, rétablissement de l’ISF pour les plus riches, lutte contre l’évasion fiscale
  • Justice écologique : pas de taxe carbone pour les automobilistes contraints d’utiliser la voiture pour aller travailler, suite à la fermeture des gares et à l’explosion des loyers dans les centre- villes.                                            Application du principe « pollueur payeur » pour les entreprises polluantes, justice pour les crimes industriels, interdiction du glyphosate, protection des habitants en cas d’accident industriel, nourriture saine et abordable pour tous
  • Véritable démocratie : stop à la violence policière et aux atteintes au droit de manifester, mise en place du RIC, assemblées populaires locales et souveraine. Souveraineté énergétique, des transports et défense des communs : privatisation  forcée d’ADP, EDF, française des jeux… le pays n’est pas à vendre!

Pour le pouvoir au peuple, pour le peuple et par le peuple 

JOYEUX ANNIVERSAIRE AUX GILETS JAUNES 

Appels de l’assemblée des assemblées :

APPEL À UNE RÉBELLION INTERNATIONALE POUR LE ROJAVA !

Nous, occupant-e-s de la place du Châtelet à Paris, groupes locaux d’Extinction Rebellion, collectifs écologistes, groupes de gilets jaunes, collectifs de quartiers populaires, groupes féministes, groupes syndicaux, etc, appelons à soutenir massivement le Kurdistan syrien envahi par l’armée turque depuis le mercredi 9 octobre. Les bombes qui pleuvent sur ce territoire nous concernent tous-tes.

Soutien international au Rojava, KurdeDepuis 2012 cette région au nord de la Syrie jouit d’une indépendance de fait et d’une administration autonome. Une expérimentation politique unique s’y déroule, basée sur la démocratie directe, les assemblées locales, le féminisme, l’écologie, et la cohabitation des différents peuples.

Malgré toutes ses imperfections, cette expérience représente une vraie alternative et mérite d’être défendue.

Les enjeux de cette guerre sont immenses. Depuis 2013, les combattant-e-s kurdes et arabes des « Forces Démocratiques Syriennes » ont été au premier plan de la guerre contre Daech. Les voilà maintenant totalement lâché-e-s par la coalition internationale, qui s’en prétendait pourtant alliée. L’Union Européenne, qui sombre dans des politiques de plus en plus xénophobes, cède depuis des années au chantage d’Erdogan au sujet des millions de réfugiés syriens en Turquie.

Elle reste bras croisés parce qu’elle ne souhaite surtout pas accueillir ces millions « d’indésirables » qui sont confinés dans des camps en Turquie depuis des années.

Ceux qui sont menacés par les bombes turques au Kurdistan syrien, ne sont pas seulement les populations kurdes mais toutes les populations civiles de la région : arabes, syriaques, arméniennes, turkmènes, assyriennes, etc. C’est la possibilité d’une coexistence pacifique entre de nombreuses minorités ethniques et confessionnelles qui risque d’être détruite par des massacres, des déplacements massifs et un nettoyage ethnique.

Dans cette région du « Croissant Fertile » aujourd’hui soumise à la destruction écologique, cette guerre vise aussi à prendre le contrôle des ressources naturelles. En annexant ce territoire, la Turquie cherche à s’accaparer en particulier l’eau de l’Euphrate et également son pétrole. Nous sommes solidaires de l’appel à mobilisation internationale des volontaires de la « Commune Internationaliste », et de leur effort pour préserver les ressources naturelles et reboiser la région.

Nous n’oublions pas que l’expérience d’autonomie du Kurdistan syrien a surgi dans le contexte de la révolution syrienne de 2011, écrasée dans le sang dans le silence total de la communauté internationale. Elle est reliée aux vagues de soulèvements populaires des « Printemps arabes » en 2011. Depuis un an, cette vague internationale de révolte populaire a repris, en Algérie, au Soudan, en Irak, à Hong-Kong, en France et ailleurs. Nous en sommes profondément solidaires.

Nous dénonçons l’hypocrisie et la complicité des grandes puissances internationales. Si l’armée turque s’autorise à bombarder le Rojava, c’est parce que les États-Unis, la France, l’Allemagne et d’autres États le veulent bien. Des « conférences climat » aux « Conseils de sécurité », c’est la même hypocrisie géopolitique qui règne. Une hypocrisie sanglante qui mène à l’effondrement du vivant sur la Terre, et à la destruction de toutes les alternatives politiques à ce système capitaliste, patriarcal et raciste.

Nous exigeons de l’État français, l’Union Européenne et la communauté internationale :

  • L’arrêt immédiat de la guerre menée par l’État turc
  • La constitution immédiate d’une zone d’exclusion aérienne au dessus de la région
  • La reconnaissance de l’autonomie et l’indépendance de« l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est »

Nous appelons à une réaction immédiate partout en France :

-> Appel à action/rassemblement massif vendredi 11 octobre à 18h devant le Ministère des Affaires Étrangères au 37 quai d’Orsay.
-> Appel à rejoindre la manifestation Place de la République samedi 12 octobre à 14h à l’appel de la communauté kurde
-> Appel à des actions simultanées partout en France vendredi 11 octobre !

Nous appelons à une rébellion internationale partout dans le monde en soutien au Kurdistan du Nord de la Syrie :
nous invitons l’ensemble des pays où la « rébellion internationale » a lieu à prendre position en soutien au Kurdistan syrien
Nous invitons à organiser des actions de solidarité partout dans le monde vendredi 11 octobre et dans les jours à venir

Contact : rebellioninternationalerojava@riseup.net