POUR LE RETRAIT DE LA LOI «SÉCURITÉ GLOBALE»

MOBILISONS-NOUS POUR LES DROITS ET LES  LIBERTES !

La coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale appelle samedi 20 mars à se rassembler contre les lois liberticides en lien avec les mobilisations des collectifs de victimes et de familles de victimes des violences policières.

•Nous exigeons le retrait de la loi «Sécurité globale», du Schéma national de maintien del’ordre (SNMO) et de la loi «confortant le respect des principes républicains»précédemment nommée « contre le séparatisme».

•Nous refusons la multiplication de mesures faisant reculer le droit à l’information. En particulier celui d’informer sur les violences policières avec la sélection des journalistes instaurée par le SNMO.

•Nous rejetons la généralisation sans fin des dispositifs de surveillance comme les drones et les caméras piétons. Mais aussi l’extension du fichage des opinions politiques ou syndicales, des convictions philosophiques ou religieuses, des données de santé, des habitudes de vie ou de l’activité sur les réseaux sociaux des personnes en raison d’activités prétendument susceptibles d’atteinte à la sécurité publique.

•Nous condamnons la logique de la loi «confortant le respect des principes républicains» qui stigmatise les populations musulmanes et remet en cause les principes de la liberté d’association et de la loi de 1905 instaurant la laïcité.

•Nous exigeons vérité et justice pour Maïcol et pour toutes les victimes des violences policières.

•Nous nous opposons à la volonté des autorités locales de faire de Nice une «ville modèle» de la surveillance globale et du délire sécuritaire qui en résulte à coup de «smart city», de «Reporty», de drones et de caméras de reconnaissance faciale ou d’émotions!

Malgré la mobilisation de très grande ampleur déployée dans un contexte d’état d’urgence sanitaire, de confinement et de couvre-feu depuis le mois de novembre 2020 (500 000 manifestant·e·s en France, le 28 novembre), le gouvernement et les parlementaires de la majorité et de l’opposition de droite se sont contenté·es d’effets d’annonce sans aucune conséquence concrète.

Tant que ces textes liberticides ne seront pas abandonnés, nous défendrons sans relâche nos droits et nos libertés.

La coordination #StopLoiSécuritéGlobale fédère des syndicats, sociétés, collectifs, associations de journalistes et de réalisateurs et réalisatrices, confédérations syndicales, associations, organisations de défense de droits humains, comités de victimes et de familles de victimes de violences policières, collectifs de quartiers populaires, exilé·e·s et Gilets jaunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.