11 mars 2011 : Fukushima. 7 ans après la situation est toujours critique !

Ce 11 mars 2018,  14 heures 46 précises, le Japon s’est figé en souvenir !

Sept ans après le tsunami qui a provoqué l’une des plus graves catastrophes nucléaires de l’histoire, la situation est toujours critique.

Extraits d’une interview de Bruno Chapeyron, de la CRIIRAD (https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/tchernobyl/fukushima-7-ans-apres)

« La situation est toujours critique.« .

« En fait, les scientifiques sont démunis, tout le monde est démuni face à l’ampleur du problème. Il y a trois cœurs de réacteurs nucléaires qui ont fondu. C’est une situation totalement inédite. Il faut penser à l’enfer radioactif dans lequel évoluent les travailleurs à Fukushima et qui tentent en permanence de maîtriser la situation. Depuis le début de la catastrophe, on parle de 40 à 50 000 travailleurs qui évoluent sur ce site très radioactif. Il faut penser à eux, à leur santé, au stress qu’ils subissent en permanence. Il faut avoir à l’esprit les enjeux économiques. Un institut japonais a évalué à plus de 500 milliards de dollars le coût de cette catastrophe et c’est probablement un coût qui est sous-évalué.

« Les matières hautement radioactives de ces trois cœurs de réacteurs qui ont fondu sont en contact avec les eaux souterraines. TEPCO [l’opérateur japonais de la centrale accidentée de Fukushima], doit en permanence réinjecter de l’eau pour refroidir les réacteurs et cette eau rencontre l’eau des nappes phréatiques qui se contaminent. TEPCO a accumulé plus d’un million de mètres cube d’eaux contaminées et personne ne sait comment les gérer à long terme ! »

« Depuis le début de la catastrophe, le gouvernement japonais avec la complicité d’autres institutions internationales, essaie de minimiser l’ampleur de la catastrophe. »

Les leçons n’ont pas été tirées. Macron est fier de vendre à l’Inde six nouvelles centrales EPR – contre l’avis des populations. La France est couverte de centrales dont plusieurs ont dépassé la limite d’âge. Et l’on poursuit aveuglément la réalisation du projet #CIGEO à Bure !
                                              

Non à l’EPR de Flamanville ! Stop à CIGEO !

sortons du nucléaire, ça urge !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *