Une dette illégale, illégitime, odieuse. Une dette insoutenable !

Le comité sur la vérité sur la dette publique grecque va présenter ses premières conclusions. (lire http://www.okeanews.fr/20150617-la-dette-grecque-illegale-illegitime-et-odieuse).  Le rapport sera officiellement publié le 18 juin 2015 vers 16h.

Ce rapport préliminaire présente une cartographie des problèmes et des questions clés liées à la dette publique grecque, et fait état des violations juridiques associées; il retrace également les fondements juridiques sur lesquels peut se fonder la suspension unilatérale des paiements de la dette.

Les preuves présentées dans le rapport indiqueraient que la dette issue des plans d’austérité est une violation directe des droits fondamentaux de l’homme. Le comité serait arrivé à la conclusion que la Grèce ne devrait pas payer cette dette parce qu’elle est illégale, illégitime et odieuse.

Les résultats sont présentés en neuf chapitres structurés comme suit :

1. la dette avant la troïka
2. Evolution de la dette publique grecque entre 2010 et 2015,
3. la dette publique grecque en 2015
4. Mécanisme de la dette en Grèce
5. Conditionnalités contre la durabilité
6. Impact des « programmes de sauvetage » sur les droits de l’homme
7. les questions juridiques entourant les protocoles d’entente et de prêt
8. évaluation des dettes illégitimes, odieuses, illégale et la non-viables
9. les fondations juridiques pour la répudiation et la suspension de la dette souveraine grecque

Extraits de la conclusion, 

Ayant achevé son enquête préliminaire, le Comité estime que la Grèce a été et est la victime d’une attaque préméditée et organisée par le Fonds Monétaire International, la Banque Centrale Européenne, et la Commission Européenne. Cette mission violente, illégale et immorale était exclusivement destinée à transférer la dette privée sur le secteur public.

En mettant ce rapport préliminaire à la disposition des autorités grecques et du peuple grec, le Comité estime avoir rempli la première partie de sa mission telle que définie dans la décision du président du Parlement du 4 Avril 2015. La commission espère que le rapport sera un outil utile pour ceux qui veulent sortir de la logique destructrice de l’austérité et défendre ce qui est aujourd’hui mis en péril : les droits humains, la démocratie, la dignité des peuples, et l’avenir des générations futures.

Ce contenu a été publié dans Annonces par . Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.