Journées d’été 26-28 août 2019, Burlats, Tarn

Face au ni gauche, ni droite que préconisent, en suivant la mode, la plupart des partis politiques du Rassemblement National à la France Insoumise en passant par la République en Marche et Europe-Ecologie-Les Verts, il convient de réaffirmer d’où on parle.
La planète et tous les êtres vivants qui en dépendent sont menacés par le changement climatique et ses conséquences dont les causes multiples sont en grande partie identifiées et réformables parce que d’origine humaine. L’écologie est donc le point central de toute action politique et pour cela nous sommes écologistes.
Mais une des causes principales de ce dérèglement climatique planétaire et de la mise en danger de la vie est le système économique, répandu partout dans le monde, qui recherche le profit et non la satisfaction des habitants, qui créé des envies sans satisfaire les besoins, qui pille les ressources et asservit les populations. C’est le capitalisme. La lutte contre ce système est donc indispensable et pour cela, nous sommes de gauche.
Ecologistes et de gauche, nous n’entendons pas privilégier un combat plutôt qu’un autre. Nous voulons avancer sur ces deux jambes et c’est pourquoi nous nous inscrivons dans la tradition de l’alliance du rouge, les solidarités, et du vert, l’écologie. Nous y avons ajouté le violet pour le féminisme et le noir pour les expériences libertaires et l’autogestion.
Nous aussi, nous voulons participer à faire naître ce qui devra mobiliser la population en liant théorie et pratiques, en s’enrichissant de nos différences, en acceptant de confronter nos points de vue, en privilégiant l’écoute et l’action commune et en recherchant les compromis radicaux entre toutes celles et tous ceux qui aspirent au bouleversement politique nécessaire.

Pour cela, il nous faut partager des points de vue divers, élaborer des projets réalistes et réalisables à court terme en mutualisant nos forces puis valider ce qui fonctionne.
Pour cela, nous vous proposons de participer à nos journées d’été dans
un lieu propice au travail en petits groupes et en assemblée générale, au Moulin des Sittelles, à BURLATS près de CASTRES

informations et inscriptions par mail : contact@alternatives-et-autogestion.org
ou par téléphone : 05 63 70 26 49

A & A illustré par Mars

Les affichettes présentées expriment la position d’Alternatives et Autogestion et font partie des éléments de réflexion mis en permanence au débat.

Tout le monde peut s’en emparer pour les confronter à la réalité, les compléter par des textes théoriques, pratiques ou poétiques, les utiliser pour argumenter.

Gilets !

Il est temps de réaffirmer que les mouvements politiques contribuent à l’expression de la démocratie par leurs propositions et le débat nécessaire. Solidaire, écologiste, féministe et autogestionnaire, Alternatives et Autogestion entend y participer. Voici quelques unes de ses propositions et de ses revendications. De nouveaux droits sont toujours à conquérir. La lutte est permanente et la victoire toujours provisoire. C’est la vie même.

Autogestion et Communs : Convergences/Divergences?


Jeudi 12 avril 2018, 19h00
au Maltais Rouge
40, rue de Malte
75011 PARIS

Développer un logiciel libre, créer une coopérative, reprendre une entreprise, animer une AMAP, lutter pour la gestion publique de l’eau, monter un magasin social, développer des budgets participatifs. Ces nombreuses initiatives montrent l’aspiration à l’autonomie et la prise en mains collective de notre destin, comme a pu le montrer le succès d’un film comme « Demain ». Cette revendication fait également écho à des luttes et initiatives mythiques, comme celle des Lip, du Larzac ou encore la lutte pour l’eau de Cochabamba en Bolivie.

Continuer la lecture

11 mars 2011 : Fukushima. 7 ans après la situation est toujours critique !

Ce 11 mars 2018,  14 heures 46 précises, le Japon s’est figé en souvenir !

Sept ans après le tsunami qui a provoqué l’une des plus graves catastrophes nucléaires de l’histoire, la situation est toujours critique.

Extraits d’une interview de Bruno Chapeyron, de la CRIIRAD (https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/tchernobyl/fukushima-7-ans-apres)

« La situation est toujours critique.« .

Continuer la lecture

#PasUnEuroDePlus pour la biomass’carade

Pour le climat, la biodiversité et la santé de tous, pour des emplois socialement et écologiquement utiles,
                      ne brûlons pas les forêts à Gardanne!

Dimanche 10 décembre à 10h30 Mairie de Gardanne

Venez nombreux à vélo, en rollers, en trottinette, à pieds pour accélérer la transition écologique et sociale à Gardanne et en Pays d’Aix !

La centrale brûle et va brûler du bois venant de 400 Km autour de Gardanne (donc du Languedoc Roussillon), du Brésil, d’Espagne !
Continuer la lecture

8 et 9 juillet : Notre Dame des Landes 2017

8 et 9 juillet 2017 – NDL2017 : de nos terres à la Terre… Résister, agir, vivre !

À nouveau, la Coordination des opposants nous invite — habitant.es, voisin.e.s, collectifs www.notredamedeslandes2017.orgde lutte, organisations locales… et bien au-delà — à nous rassembler ici, à Notre-Dame-des-Landes, contre le projet d’aéroport. Nous avons besoin de ce moment fédérateur et convivial, expression et instrument d’une mobilisation intacte.   voir ) Continuer la lecture

Recours contre le décret de création de l’EPR

Communiqué de l’Observatoire du Nucléaire, Mercredi 19 avril 2017

l’EPR vu par le réseau sortir du nucléaire

En modifiant le 23 mars 2017 le décret de création du réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche), le premier ministre Bernard Cazeneuve a rouvert la possibilité de contester ce décret qui avait été signé par M de Villepin le 10 avril 2007, à la sauvette, juste avant l’élection présidentielle de 2007. Continuer la lecture

Catastrophe nucléaire de Fukushima : toujours pas sous contrôle

Ce 11 mars 2017, déjà 6 ans depuis le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima : et la situation n’est toujours pas sous contrôle.  
On peut lire sur le site du réseau sortir du nucléaire  des informations inquiétantes. Ainsi, une sonde envoyée dans le réacteur 2 a pu mesurer une radioactivité ambiante de 530 Sv – un taux capable de tuer un homme instantanément ce qui n’augure guère d’espoir quant à la capacité humaine (ou même robotique) à démanteler l’installation et à récupérer les coriums de combustible fondu – dont on ne connait toujours pas la localisation précise…

Continuer la lecture