Journées d’été 26-28 août 2019, Burlats, Tarn

Face au ni gauche, ni droite que préconisent, en suivant la mode, la plupart des partis politiques du Rassemblement National à la France Insoumise en passant par la République en Marche et Europe-Ecologie-Les Verts, il convient de réaffirmer d’où on parle.
La planète et tous les êtres vivants qui en dépendent sont menacés par le changement climatique et ses conséquences dont les causes multiples sont en grande partie identifiées et réformables parce que d’origine humaine. L’écologie est donc le point central de toute action politique et pour cela nous sommes écologistes.
Mais une des causes principales de ce dérèglement climatique planétaire et de la mise en danger de la vie est le système économique, répandu partout dans le monde, qui recherche le profit et non la satisfaction des habitants, qui créé des envies sans satisfaire les besoins, qui pille les ressources et asservit les populations. C’est le capitalisme. La lutte contre ce système est donc indispensable et pour cela, nous sommes de gauche.
Ecologistes et de gauche, nous n’entendons pas privilégier un combat plutôt qu’un autre. Nous voulons avancer sur ces deux jambes et c’est pourquoi nous nous inscrivons dans la tradition de l’alliance du rouge, les solidarités, et du vert, l’écologie. Nous y avons ajouté le violet pour le féminisme et le noir pour les expériences libertaires et l’autogestion.
Nous aussi, nous voulons participer à faire naître ce qui devra mobiliser la population en liant théorie et pratiques, en s’enrichissant de nos différences, en acceptant de confronter nos points de vue, en privilégiant l’écoute et l’action commune et en recherchant les compromis radicaux entre toutes celles et tous ceux qui aspirent au bouleversement politique nécessaire.

Pour cela, il nous faut partager des points de vue divers, élaborer des projets réalistes et réalisables à court terme en mutualisant nos forces puis valider ce qui fonctionne.
Pour cela, nous vous proposons de participer à nos journées d’été dans
un lieu propice au travail en petits groupes et en assemblée générale, au Moulin des Sittelles, à BURLATS près de CASTRES

informations et inscriptions par mail : contact@alternatives-et-autogestion.org
ou par téléphone : 05 63 70 26 49

A & A illustré par Mars

Les affichettes présentées expriment la position d’Alternatives et Autogestion et font partie des éléments de réflexion mis en permanence au débat.

Tout le monde peut s’en emparer pour les confronter à la réalité, les compléter par des textes théoriques, pratiques ou poétiques, les utiliser pour argumenter.

Gilets !

Il est temps de réaffirmer que les mouvements politiques contribuent à l’expression de la démocratie par leurs propositions et le débat nécessaire. Solidaire, écologiste, féministe et autogestionnaire, Alternatives et Autogestion entend y participer. Voici quelques unes de ses propositions et de ses revendications. De nouveaux droits sont toujours à conquérir. La lutte est permanente et la victoire toujours provisoire. C’est la vie même.

L’AUTOGESTION DANS LES ANNEES 68

L’AUTOGESTION
DANS LES ANNEES 68

SAMEDI 13 OCTOBRE 2018
9h – 18 h 30
31, rue de la Grange aux Belles 75010 Paris

Les expériences d’autogestion les plus avancées de Mai et juin 68 sont connues : la « Commune de Nantes », les « soviets » du CEA de Saclay, la sortie sous contrôle syndical de la presse quotidienne, la Sorbonne, les Beaux-Arts. Elles sont rares et sont devenus des mythes. Il y a lieu de les faire connaître à nouveau, et encore plus largement. Continuer la lecture

Autogestion et Communs : Convergences/Divergences?


Jeudi 12 avril 2018, 19h00
au Maltais Rouge
40, rue de Malte
75011 PARIS

Développer un logiciel libre, créer une coopérative, reprendre une entreprise, animer une AMAP, lutter pour la gestion publique de l’eau, monter un magasin social, développer des budgets participatifs. Ces nombreuses initiatives montrent l’aspiration à l’autonomie et la prise en mains collective de notre destin, comme a pu le montrer le succès d’un film comme « Demain ». Cette revendication fait également écho à des luttes et initiatives mythiques, comme celle des Lip, du Larzac ou encore la lutte pour l’eau de Cochabamba en Bolivie.

Continuer la lecture

Services publics : un patrimoine à défendre et à transformer

Les services publics, qui tiennent une place spécifique en France, sont restés pendant très longtemps une sphère distincte du marché, fonctionnant selon des règles d’utilité publique. La nécessité pour le capitalisme d’étendre le domaine du marché entraîne un changement radical dans cette conception, des services publics vers « les services au public ».
Continuer la lecture

Construire des Alternatives aux systèmes politique et économique. Vers l’Autogestion !

Réformer le Code du Travail.

Ne nous y trompons pas, ce n’est pas pour renforcer la protection des salarié-e-s, mais pour répondre aux désidératas du MEDEF : obtenir une main d’œuvre docile, taillable et corvéable à merci, sous-payée. La droite n’avait jamais osé le mettre en application. Ce que Valls a engagé, Macron l’amplifie.

Le gouvernement veut réformer le Code du Travail ? Nous voulons l’améliorer!
Continuer la lecture

Grèce : soutenons le collectif des travailleurs de VIOME

Dernières nouvelles :

La bataille juridique menée contre le collectif des travailleurs de VIOME a repris. Un syndic nommé par l’État est en train d’organiser des ventes aux enchères. Ceci pourrait permettre d’expulser les travailleurs de l’usine.

Blog-Banner-VioMELa première vente aux enchères était programmée pour le 26 novembre. Malgré une forte présence policière, une large mobilisation sur place a découragé les commissaires en charge des enchères, qui ont reporté les enchères au Jeudi suivant 3 décembre, en arguant d’irrégularités dans les documents présentés. Continuer la lecture

Se passer de patron ? Chiche ! parlons-en le 26 septembre à Graulhet

Aff_coul-Graulhet-724x1024
Créé en 2011, le Collectif Marinaleda 81 a, pour son coup d’essai, fait venir Juan Manuel Sanchez Gordillo, maire de Marinaleda, une bourgade andalouse près de Séville. Un coup de maître : plus de huit cents personnes venues de toute la région ont participé à l’une ou l’autre des activités prévues au programme, voire à toutes ! Le débat central tournait autour des questions suivantes : ce modèle politique est-il transposable ? Avec quelle prise en compte des questions environnementales ?

Continuer la lecture