avec les Gilets Jaunes

Communiqué de PEPS
Ce week end avec les Gilets Jaunes, Pour la justice sociale et écologique et une véritable démocratie 
En cette veille d’anniversaire du mouvement des Gilets jaunes, PEPS soutient et s’associe aux actions prévues pour une justice sociale, fiscale, écologique, et pour une véritable démocratie.

Dans la continuité de l’appel de la 4e assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes qui s’est réunie à Montpellier le premier week-end de novembre, PEPS réaffirme son soutien à ce grand mouvement populaire social écologique qui depuis le début, et malgré les mensonges d’Etat, défend le droit à l’existence et à la dignité pour tous à travers les exigences de:

  • Justice sociale : la précarité tue ! Tout le monde a le droit de vivre : SDF, handicapés, petits salaires, retraités, étudiants, quartiers populaires… Des revenus suffisants pour tous, défense des services publics, écoles, hôpitaux, pompiers…
  • Justice fiscale : suppression des nouvelles taxes injustes qui pèsent sur les classes populaires, comme la taxe carbone qui n’est même pas destinée à l’écologie, rétablissement de l’ISF pour les plus riches, lutte contre l’évasion fiscale
  • Justice écologique : pas de taxe carbone pour les automobilistes contraints d’utiliser la voiture pour aller travailler, suite à la fermeture des gares et à l’explosion des loyers dans les centre- villes.                                            Application du principe « pollueur payeur » pour les entreprises polluantes, justice pour les crimes industriels, interdiction du glyphosate, protection des habitants en cas d’accident industriel, nourriture saine et abordable pour tous
  • Véritable démocratie : stop à la violence policière et aux atteintes au droit de manifester, mise en place du RIC, assemblées populaires locales et souveraine. Souveraineté énergétique, des transports et défense des communs : privatisation  forcée d’ADP, EDF, française des jeux… le pays n’est pas à vendre!

Pour le pouvoir au peuple, pour le peuple et par le peuple 

JOYEUX ANNIVERSAIRE AUX GILETS JAUNES 

Appels de l’assemblée des assemblées :

Israéliens et Palestiniens ensemble contre l’apartheid

Communiqué

Le Comité de vigilance pour une paix réelle au Proche-Orient, en partenariat avec le site Orient XXI, vous invite au colloque

« Israéliens et Palestiniens ensemble contre l’apartheid »
Palais du Luxembourg – Salle Clémenceau
15 ter, rue Vaugirard 75006 PARIS
Le samedi 16 Novembre 2019 de 9h à 17h30.

Le peuple palestinien est aujourd’hui dans une situation tragique et désespérée, tant la colonisation israélienne poursuit inexorablement son expansion avec ses destructions de maisons et de cultures, sa privation d’eau, ses arrestations arbitraires, ses expulsions et son asphyxie de la bande de Gaza. Continuer la lecture

Chambéry : Non à la criminalisation des actions citoyennes !

CHAMBÉRY.

Mercredi 3 Juillet 2019, les policiers interviennent à BELLEVUE pour expulser une famille qui occupait un logement insalubre, dépourvu d’eau et d’électricité. Lors de l’intervention, M. BEY, malmené et menotté, mourra d’une crise cardiaque malgré les avertissements de ses voisins qui savaient qu’il avait le cœur fragile.

Continuer la lecture

9-10 novembre, pour une Ecologie Populaire et Sociale (PEPS)

Nous appelons à l’Assemblée Constitutive issue de l’Appel pour une Ecologie Populaire et Sociale signé par des militants écologistes de courants divers se reconnaissant dans une écologie de transformation en rupture avec le capitalisme vert. Des Rencontres d’été, tenues les 26 et 27 août 2019, ont débouché sur la Charte de Burlats. Continuer la lecture

Le peuple catalan a le droit de décider de son avenir

Communiqué « Pour une écologie Populaire et Sociale »
Pour la libération des prisonniers politiques catalans, Pour le droit à l’autodétermination

Le peuple catalan a le droit de décider de son avenir, L’avenir est au confédéralisme démocratique

Le verdict est tombé. Le procès qui a duré 8 mois de sept des neuf anciens ministres et dirigeants d’associations catalanes à Madrid pour leur responsabilité dans l’organisation du référendum du 1er octobre 2017 en Catalogne est tombé : Le Tribunal Suprême vient de condamner les 9 prisonniers politiques de Sédition. : Oriol Junqueras: 13 ans de prison ,Carme Forcadell: 11,5 ans Joaquim Forn 10,5 ans Jordi Turull: 12 ans , Jordi Cuixart: 9 ans, Jordi Sanchez : 9 ans ,Dolors Bassa: 12 ans, Raul Romeva: 12 ans , Josep Rull: 10 ans

C’est ainsi que dans l’Europe du XXIe siècle, des femmes et de hommes sont en prison pour leurs opinions et pour avoir organisé un référendum démocratique non violent, comme l’avait fait l’Écosse en 2014. Au moment où l’Etat turc envahit militairement le Rojava pour punir les kurdes de mettre en pratique le droit à l’autodétermination, l’Etat espagnol nie ce droit inaliénable au peuple catalan. Le gouvernement français et l’Union européenne se sont rendus complices de ce verdict en refusant de reconnaître le droit légitime des catalans à décider. Ce ne sont pas seulement les droits des personnes réprimées qui sont en jeu, ce sont les droits civils et les politiques de tous qui ont été violés et limités par la propre action répressive de l’Etat. Le conflit actuel en Catalogne est un conflit politique. Soutenir le droit des peuples à disposer d’eux mêmes est pour les écologistes un principe et une évidence. Les catalans ont le droit de voter et de décider. Mais la lutte du peuple catalan est aussi l’expression d’une des révolutions les plus importantes de notre temps : celle de l’autogouvernement des peuples. Le référendum en Ecosse, le vote sur l’autodétermination en Kanaky, celui demandé depuis des décennies par les sahraouis, l’autogouvernement des communes du Chiapas au Mexique comme au Rojava au Kurdistan syrien sont les effets d’un même mouvement historique, celui du droit des peuples à disposer d’eux mêmes dans le respect de leurs propres minorités. Ce qui se pose aujourd’hui dans le monde, c’est la question du confédéralisme démocratique, qui permettrait à des nations et des peuples de coexister pacifiquement sans être soumis à des logiques autoritaires d’Etats qui prétendent leur imposer une loi d’airain. La notion de confédéralisme démocratique repose sur un projet d’autogouvernement autonome reposant sur des communautés locales elles même démocratiquement administrées, permettant aux peuples de décider librement de leur destin. Tous les nationalistes ont voulu imposer une seule langue, une seule culture, une seule histoire, un seul Etat à leurs peuples. L’heure est à la diversité, à une démocratie de proximité respectant les bio régions et leur multiculturalisme, reposant sur une souveraineté, celle des peuples.

L’écologie populaire et sociale considère que la lutte contre toutes les dominations de genre, de classe, de race est inséparable de la lutte contre la domination étatique. C’est pour cela que la question du confédéralisme démocratique ne se réduit pas à l’indépendance nationale. La souveraineté des peuples c’est l’autogestion et l’autogouvernement et la coopération à tous les niveaux, de l’entreprise au quartier, de la ville à la région, de la région à la nation et au monde. Nous sommes un peuple-monde.

PEPS (Pour une écologie populaire et sociale) appelle à se mobiliser aux côtés du peuple catalan à paris et en régions dés ce lundi 14 Octobre

APPEL À UNE RÉBELLION INTERNATIONALE POUR LE ROJAVA !

Nous, occupant-e-s de la place du Châtelet à Paris, groupes locaux d’Extinction Rebellion, collectifs écologistes, groupes de gilets jaunes, collectifs de quartiers populaires, groupes féministes, groupes syndicaux, etc, appelons à soutenir massivement le Kurdistan syrien envahi par l’armée turque depuis le mercredi 9 octobre. Les bombes qui pleuvent sur ce territoire nous concernent tous-tes.

Soutien international au Rojava, KurdeDepuis 2012 cette région au nord de la Syrie jouit d’une indépendance de fait et d’une administration autonome. Une expérimentation politique unique s’y déroule, basée sur la démocratie directe, les assemblées locales, le féminisme, l’écologie, et la cohabitation des différents peuples.

Malgré toutes ses imperfections, cette expérience représente une vraie alternative et mérite d’être défendue.

Les enjeux de cette guerre sont immenses. Depuis 2013, les combattant-e-s kurdes et arabes des « Forces Démocratiques Syriennes » ont été au premier plan de la guerre contre Daech. Les voilà maintenant totalement lâché-e-s par la coalition internationale, qui s’en prétendait pourtant alliée. L’Union Européenne, qui sombre dans des politiques de plus en plus xénophobes, cède depuis des années au chantage d’Erdogan au sujet des millions de réfugiés syriens en Turquie.

Elle reste bras croisés parce qu’elle ne souhaite surtout pas accueillir ces millions « d’indésirables » qui sont confinés dans des camps en Turquie depuis des années.

Ceux qui sont menacés par les bombes turques au Kurdistan syrien, ne sont pas seulement les populations kurdes mais toutes les populations civiles de la région : arabes, syriaques, arméniennes, turkmènes, assyriennes, etc. C’est la possibilité d’une coexistence pacifique entre de nombreuses minorités ethniques et confessionnelles qui risque d’être détruite par des massacres, des déplacements massifs et un nettoyage ethnique.

Dans cette région du « Croissant Fertile » aujourd’hui soumise à la destruction écologique, cette guerre vise aussi à prendre le contrôle des ressources naturelles. En annexant ce territoire, la Turquie cherche à s’accaparer en particulier l’eau de l’Euphrate et également son pétrole. Nous sommes solidaires de l’appel à mobilisation internationale des volontaires de la « Commune Internationaliste », et de leur effort pour préserver les ressources naturelles et reboiser la région.

Nous n’oublions pas que l’expérience d’autonomie du Kurdistan syrien a surgi dans le contexte de la révolution syrienne de 2011, écrasée dans le sang dans le silence total de la communauté internationale. Elle est reliée aux vagues de soulèvements populaires des « Printemps arabes » en 2011. Depuis un an, cette vague internationale de révolte populaire a repris, en Algérie, au Soudan, en Irak, à Hong-Kong, en France et ailleurs. Nous en sommes profondément solidaires.

Nous dénonçons l’hypocrisie et la complicité des grandes puissances internationales. Si l’armée turque s’autorise à bombarder le Rojava, c’est parce que les États-Unis, la France, l’Allemagne et d’autres États le veulent bien. Des « conférences climat » aux « Conseils de sécurité », c’est la même hypocrisie géopolitique qui règne. Une hypocrisie sanglante qui mène à l’effondrement du vivant sur la Terre, et à la destruction de toutes les alternatives politiques à ce système capitaliste, patriarcal et raciste.

Nous exigeons de l’État français, l’Union Européenne et la communauté internationale :

  • L’arrêt immédiat de la guerre menée par l’État turc
  • La constitution immédiate d’une zone d’exclusion aérienne au dessus de la région
  • La reconnaissance de l’autonomie et l’indépendance de« l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est »

Nous appelons à une réaction immédiate partout en France :

-> Appel à action/rassemblement massif vendredi 11 octobre à 18h devant le Ministère des Affaires Étrangères au 37 quai d’Orsay.
-> Appel à rejoindre la manifestation Place de la République samedi 12 octobre à 14h à l’appel de la communauté kurde
-> Appel à des actions simultanées partout en France vendredi 11 octobre !

Nous appelons à une rébellion internationale partout dans le monde en soutien au Kurdistan du Nord de la Syrie :
nous invitons l’ensemble des pays où la « rébellion internationale » a lieu à prendre position en soutien au Kurdistan syrien
Nous invitons à organiser des actions de solidarité partout dans le monde vendredi 11 octobre et dans les jours à venir

Contact : rebellioninternationalerojava@riseup.net

Grève aux urgences

Grève aux urgences !

Grèves des services des urgences dans la moitié des hôpitaux français, c’est le haut de l’iceberg de la structure publique de la santé en France.

L’état catastrophique de l’hôpital public, chacun.e de nous peut en témoigner pour peu qu’il/elle en ait eu besoin…
Ce secteur fait l’objet de convoitises liées à l’importance considérable des montants* mis en oeuvre de la part de financiers appuyés sur certaines « mutuelles ».
Sabotage du secteur public par les restrictions permanentes, par l’imposition de méthodes de gestion « manageriales », en fait strictement comptables, qui augmentent encore le malaise des personnels.
Soutenons leurs luttes, pour eux, pour nous, pour toutes et tous…

* (de 200 à 400 milliards, selon la façon de calculer et ce qu’on prend en compte)

Charte de Burlats

Ce texte a été discuté et adopté lors de nos journées d’été, lors des rencontres avec les signataires de l’appel pour une plateforme de l’écologie populaire et sociale.

CHARTE DE BURLATS
Pour une plateforme de l’écologie populaire et sociale :
Eco féministes, objecteurs de croissance, communalistes, autogestionnaires, antiracistes,
organisons nous, fédérons nous !

Continuer la lecture

Résister – Se Révolter – Proposer – Expérimenter – Coordonner

Résister – Se Révolter – Proposer – Expérimenter – Coordonner
ces thèmes seront débattus lors des journées d’été d’A&A

  •  Résister au rouleau-compresseur de la mondialisation capitaliste ultralibérale assumée et mise en œuvre par la pseudo-gauche qui nous gouverne.
  • Se révolter contre les injustices sociales et écologiques, contre les guerres qui mettent des milliers de réfugiés sur les routes.
  • Proposer des rencontres afin de trouver des solutions en commun et assumées en priorité par les personnes directement concernées.
  • Expérimenter des formes nouvelles de démocratie directe.
  • Coordonner les luttes et expériences souvent éparpillées, mais qui se fondent toutes sur cette volonté de créer un monde plus juste, plus sain, plus démocratique.