8 mars 2018, journée internationale des femmes

Le 8 mars n’est pas « la journée de LA femme », femme symbolique à fêter, voire glorifier.
Le 8 mars est une journée de lutte pour les droits des femmes ! Le 8 mars est une journée internationale de convergence de toutes nos luttes, celles des femmes d’ici et d’ailleurs.

        

Cette année, avec la dynamique Metoo partout dans le monde, la Journée internationale des femmes s’inscrit dans le fil d’un mouvement international sans précédent en faveur des droits des femmes, de l’égalité et de la justice. Des changements sont en cours , amplifions ce mouvement !

Avec les hastags #Metoo ou «#BalanceTonPorc», une véritable libération de la parole a révélé la réalité de l’oppression des femmes par des hommes et s’est propagée un peu partout sur la planète.
Mais en France, des propos réactionnaires lui ont fait écho …qui rappellent que rien n’est jamais vraiment gagné, que l’émancipation de toutes et tous est encore à conquérir : la lutte doit continuer.

 

 

Pour les femmes de la Via Campesina du monde entier, le 8 mars est une journée de lutte, de résistance, de dénonciation contre le système capitaliste, les multinationales, le patriarcat et le machisme, qui oppriment, exploitent et violent les femmes. C’est aussi une journée de solidarité avec les luttes des femmes

.

 

En tant que paysannes, nous sommes pleinement engagées dans la lutte pour la souveraineté alimentaire comme solution pour un changement systémique. Cela comprend notre lutte pour l’accès à la terre, à l’eau, à la santé et aux semences. Nous utilisons l’agroécologie comme une pratique politique qui a pour vision un monde fondé sur des principes de justice et d’équité.

 

Ces derniers temps, nous avons vu une augmentation de la violence faite aux femmes. Nos luttes et résistances sont criminalisées dans un contexte de conservatisme croissant, de démantèlement des politiques publiques et de violation des droits des femmes pour lesquels nous nous sommes longtemps battues. La récente prise du pouvoir par les gouvernements de droite et les forces hétéro-patriarcales a imposé un environnement où les femmes sont assassinées en toute impunité, sont violées et subissent quotidiennement des violences de différentes formes, visant à confiner et renvoyer les femmes dans la sphère privée, à la maison, aux soins et à nous dire que notre espace n’est pas la sphère politique ou la vie sociale et publique.

 

Ce 8 mars, il est donc nécessaire pour nous, femmes paysannes du monde, de descendre dans la rue, de nous mobiliser, d’agir pour défendre nos droits, nos terres, nos semences, notre nourriture saine. Levons nos voix pour dire Stop à la Violence faite aux femmes, chaque organisation ayant les drapeaux de lutte, les objectifs en accord avec les contextes locaux. Nous sommes engagées à construire des alliances pour les luttes des paysannes contre le capital et la violence hétéro-patriarcale.

 

Par conséquent, nous appuyons et adhérons également à la grève internationale des femmes ce 8 mars.

 

Stop à la violence faite aux femmes !

Globalisons la lutte, globalisons l’espoir !

http://www.eurovia.org/fr/declaration-de-la-commission-internationale-des-femmes-de-la-via-campesina/

Femmes, partout dans le monde, mobilisez-vous ! #8Mars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *