Réfugiés : le gouvernement choisit la répression

Cette France n’est pas la nôtre.

De Nice à Calais, la réponse du gouvernement à la venue de réfugiés est la répression.

Cette politique réactionnaire, dénoncée et condamnée par les associations et le Défenseur des Droits Jacques Toubon, est la preuve que ce gouvernement d’amateurs a peut-être la vision d’une économie ouverte à tous les vents mauvais du libéralisme mais n’a aucun sens de ce qu’est une politique. Surtout, sur ce point, ils se cramponnent à l’idée fausse que les réfugiés viennent ici alors qu’ils ne font que fuir là-bas.

Ce flux ne s’arrêtera que lorsque les conditions de misère, de guerre, d’exploitation, de violence, de famine, de dictature, de sécheresse, d’injustice…cesseront.

En attendant, ce qui doit cesser, c’est la maltraitance infligée à ces réfugiés, fragiles, démunis. Nous exigeons que la France, la nôtre, soit terre d’accueil et de soutien aux plus malheureux et que le Ministère de l’Intérieur ne se contente pas d’être le Ministère de la Police.

De Calais à Nice, du Nord au Sud, nous proclamons que les déshérités du monde sont ici chez eux !

2 réflexions au sujet de « Réfugiés : le gouvernement choisit la répression »

  1. Ce jour Lundi 31 juillet, 09h30, le préfet entrave l’accès au droit de 11 demandeurs d’asile, qui ont été empêchés de prendre le train (billets en règle déjà payés et demande d’asile stipulée sur papier avec photo). Et embarqués par la PAF Menton avec perspective de renvoi en Italie en toute illégalité !
    Tous ont mandaté un avocat.
    Parmi eux :
    – Haroun, tchadien, a déjà eu son rendez vous à la pada forum réfugiés et devait se rendre à la préfecture mardi. Il a été arrêté lundi dernier, privé de liberté durant près de 20h, il avait pourtant un avocat mais la police l’a empêché d’accéder à son client.
    – 4 éthiopiens qui s’étaient rendus avant hier en gendarmerie de Breil sur Roya pour témoigner d’un réseau de passeurs à Vintimille. S’ils sont reconduits en Italie leur vie est en danger. En leur qualité de témoin l’Etat français leur doit protection. Ils avaient déposé leur demande d’aile auprès de la gendarmerie de Breil sur Roya.
    Quelles seront les conditions « d’accueil » à la PAF Menton ? Entre lundi et mardi 21h sans boire ni manger et un WC pour​des dizaines de personnes…
    La Préfecture bafoue les droits fondamentaux tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *