Journées nationales contre le Délit de solidarité – Nice le 10 février

Haro sur les réfugié-e-s et sur les solidaires …
avec une série de procès à Nice et ailleurs

Tout est fait pour empêcher la solidarité envers les exilés, Roms, sans-papiers, et même son expression!… Au-delà, c’est la contestation des politiques menées qui est assimilée à de la rébellion et au trouble de l’ordre public.

 

empruntons ces quelques lignes qui exposent bien la situation, à RESF :

Nous sommes des gens ordinaires – ni violents, ni fanatiques de toutes origines et de toutes sensibilités aspirant à une vie paisible et fraternelle. Lire la suite

Appel au boycott des produits israéliens : une décision de la Cour de cassation inquiétante pour la liberté d’expression

Nous relayons cette information de l’AFPS sur la décision de la cour de Cassation. C’est une décision inquiétante, Nous exprimons tout notre soutien et toute notre solidarité aux militants de Mulhouse visés par cette décision.

Nous ne comprenons pas que malgré le caractère politique de l’appel au boycott, qui ressort donc de la liberté d’expression, le gouvernement n’a toujours pas abrogé la circulaire inique de Madame Alliot Marie, qui appelait les procureurs de France à poursuivre tous les militants qui appelaient au boycott des produits israéliens. Ceci alors que le durcissement actuel de la politique israélienne mène les jeunes palestiniens au désespoir et met en place les conditions de l’explosion. Lire la suite

Graves troubles à l’ordre public !

Christian Foilleret, faucheur volontaire d’OGM, attendait impatiemment le concert de soutien qui devait se tenir le 11 avril (*), sur une ferme de la commune de Saint-Maurice-sur-Dargoire (2250 habitants), dans le Rhône.

Un arrêté municipal en date du 9 avril interdit ce concert. Parmi les griefs : « L’organisateur tient sur ses affiches des propos et des images outrageants à l’égard des forces de l’ordre ».

affiche_concert_soutien-07f4e

 

 

ci-dessous le détail !
unknown title

 

 

 

 

Nous lui exprimons notre soutien !

(*)/source Bastamag /

Lors d’une manifestation le 20 février 2012 visant à demander l’interdiction du maïs Mon810 de Monsanto, Christian a été, selon son témoignage,« projeté au sol par les forces de l’ordre ». Résultat : une vertèbre fracturée et cinq mois d’arrêt de travail. Un premier dépôt de plainte à la gendarmerie est rejeté par le procureur. Plus de trois ans après les faits, un deuxième dépôt de plainte est toujours en cours d’instruction…